31 décembre 2015

Je viens de voir le reportage télé de Radio-Canada sur les grands disparus de 2015. On a eu le privilège de connaître deux d’entre-eux, en plus pas les moindres, deux grands québécois; Jacques Parizeau ex-Premier Ministre du Québec et Jean Doré ex-Maire de Montréal.

Ce qui reste à jamais de Othentik, ce sont tous les gens que nous avons rencontré et parmi ceux là ces deux grands disparus étaient, entres autres, venus nous visiter à nos bureaux du 5000 boul. Iberville à Montréal.

Nous avons rencontré M. Doré la première fois par pur hasard, avant Othentik, sur la rue Sainte-Catherine à Montréal où nous lui avions serré la pince et féliciter. Puis, deux fois nous l’avons rencontré alors qu’il était conseiller pour Desjardins(un beau titre dont je ne me rappelle plus), lui était plein d’entrain face à notre projet. Mais le diable vert, … Bon avant que les gros mots ne me sortent je vais passer à Monsieur Parizeau !

M. Parizeau nous a fait le grand honneur d’agir, occasionnellement, en tant que conseiller spécial pour Othentik, principalement entre 2001 et 2004.

C’est pour ses qualités et connaissances d’homme de finances que nous avions tenté d’obtenir les conseils de M. Parizeau.

À notre stupéfaction, M. Parizeau avait accepté de nous suivre dans nos débuts. Nous ne pourrons jamais l’en remercier suffisamment. Il a éclairé nos horizons en plusieurs moments et, de sa seule présence, comme une aura, nous a protégé contre certains mauvais esprits.

Les textes ci-dessous sont de Radio-Canada. Article original et complet : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle…

Jacques Parizeau 1930-2015


Photo : PC/ANDRE FORGET

Le grand homme québécois est mort à 84 ans, et jusqu’à ses derniers jours, il aura participé à la vie publique. Cet indépendantiste convaincu a été chef du Parti québécois de 1988 à 1995.

Il a été premier ministre du Québec pendant quelques mois (1994-1995), et il a quitté la politique active après l’échec du référendum de 1995. L’économiste de formation a servi l’État toute sa vie. Il fut un bâtisseur du Québec moderne. Il a notamment pris part à la nationalisation de l’électricité.

Il a participé à l’éclosion du monde des affaires québécois. Il a aussi contribué à la création de la Régie des rentes et de la Caisse de dépôt et placement. Tant ses admirateurs que ses détracteurs ont salué sa supériorité intellectuelle et son sens de l’État.

Voir absolument : http://bit.ly/1HKJgPW

Jean Doré 1944-2015


L’ancien maire de Montréal est mort à 70 ans d’un cancer du pancréas. Jean Doré a dirigé la métropole de 1986 à 1994. Ses deux mandats à la mairie ont changé le visage de la métropole.

Le maire Doré a gagné son pari de démocratiser les institutions politiques et de décentraliser la ville. Il a notamment établi des conseils d’établissements et il a créé la période des questions des citoyens lors des séances du conseil municipal.

Le maire Doré a aussi profité du 350e anniversaire de la fondation de Montréal en 1992 pour inaugurer des lieux culturels, dont le Biodôme et le Musée d’archéologie de la Pointe-à-Callière. L’administration Doré a mis en place le premier plan d’urbanisme de Montréal et la première piste cyclable.

Voir absolument : http://bit.ly/1G8Cz9l

Hugo St-Cyr 1978-2015

L’idole d’une génération est décédée à 36 ans d’un cancer des os. Le comédien et musicien a marqué les jeunes adultes francophones du pays avec son rôle de Michel Couillard dans la série culte Watatatow, diffusée sur les ondes de Radio-Canada de 1991 à 2005.

Il est l’un des seuls personnages à avoir traversé les quelque 1220 épisodes de la série. Pour ce rôle, Hugo St-Cyr a remporté cinq prix MetroStar consécutifs (de 1997 à 2001) et un prix Gémeaux en 1992. Il a également joué dans les téléséries Annie et ses hommes, Un gars, une fille, Harmonium, Une voix en or et Ent’Cadieux.

Au cinéma, il a tenu des rôles dans Le cœur au poing (1998) et Jack Paradise (Les nuits de Montréal) (2004). Il était aussi batteur de l’Hugo St-Cyr Sextet, une formation jazz.

Voir absolument : http://bit.ly/1WlxLIb

Normand L’Amour 1930-2015

12410583_163070300723396_8712897270264103773_n[1].jpg

On retrouve aussi dans cette liste un sympathique que j’aimais bien pour son authenticité et sa « folie » : Normand L’Amour. L’auteur-compositeur-interprète, de son vrai nom Normand Cournoyer, est décédé à l’âge de 85 ans à la suite de problèmes cardiaqu

Voir plus sur Ici Radio-Canada